W

Depuis le 2e confinement décidé le 30 octobre dernier par les pouvoirs publics, soit un mois après l’arrivée des contrôleurs à Libourne, le parcours de formation a été repensé pour être dispensé à distance de façon à ce que les stagiaires bénéficient des principaux apports nécessaires à la réalisation du stage pratique et à leur prise de poste.
Un moment espérée, la reprise en présentiel début janvier n’a pas été possible. Les enseignements se poursuivront à distance jusqu’à la fin prévue le 3 mars. Les stagiaires qui le souhaitent peuvent conserver leur logement libournais jusque-là. Le centre reste ouvert mais n’autorise qu’un suivi à distance.

W

Outre son côté éprouvant et tributaire de la qualité des connexions internet, ce mode de dispense se prête mal aux mises en situation professionnelle et au travail des savoirs comportementaux si spécifique au Cefil. Par exemple, le projet enquêtes ne peut se dérouler sur ce mode. Pour autant, l’équipe pédagogique du Cefil œuvre pour doter les stagiaires de tous les prérequis théoriques nécessaires. Elle organise quelques mises en situation au travers du projet de transfert de ressources, apprenant aux stagiaires à travailler à distance en autonomie et testant entre eux les apports sur la pédagogie pour faire vivre un peu la valeur « partage » du centre.

W

Pour compenser l’absence du projet enquêtes, le parcours R est densifié par rapport à celui de l’an passé de façon à faire acquérir l’expérience de traitement de données. La phase de contrôle apurement, déterminante dans l’exploitation de données d’enquêtes, fera l’objet d’un développement spécifique. Enfin, un module de communication orale, nouveau, sera déployé spécifiquement.
Les principaux savoirs et savoir-faire sont enseignés. Le dispositif de validation reste inchangé. Cette promotion de contrôleur bénéficiera ainsi de la même légitimité en arrivant en établissement.